Menu

Sans l’ombre d’un doute, la créativité se positionne comme l’un des avantages stratégiques et concurrentiels majeurs du XXIe siècle. C’est normal : les enjeux de plus en plus complexes auxquels les entreprises font face nécessitent des solutions de plus en plus créatives.

C’est pourquoi nos organisations exigent de leurs gestionnaires qu’ils soient le plus créatif possible et ce, sur demande. Cela dit, pour beaucoup de ces gestionnaires, la créativité est loin d’être un acquis.

Ainsi, nous inscrivons nos gestionnaires dans des formations sur la créativité, nous embauchons des agences, nous organisons des « lunch and learn ». Pourtant, les études démontrent que, pour beaucoup d’organisations, nous n’arrivons toujours pas à atteindre ce Saint Graal de la créativité créatrice de valeur. 

Pourquoi? Qu’est-ce que nous ne saisissons pas? 

Au cours des dernières années, j’ai accompagné plusieurs dizaines d’organisations dans des séances d’idéation et j’ai eu la chance de participer à des séminaires de troisième cycle sur les fondements scientifiques de la créativité. J’ai croisé des groupes très créatifs et j’en ai croisé d’autres qui m’ont offert les trois heures les plus ardues de ma carrière. J’ai envie de partager mon expérience avec vous. 

Petit indice : la créativité, vous l’avez. Il suffit de comprendre ses paramètres et de la cultiver.

Les paramètres de la créativité

Une chose est certaine, si vous cherchiez de la chair dans la définition même de la créativité, vous resterez sur votre faim : « La créativité est la production d’idées nouvelles et appropriées aux enjeux et aux occasions qui se présentent, qui concernent n’importe quel domaine de l’activité humaine. » – Amabile (1997)

Heureusement, des chercheurs ont poussé l’idée beaucoup plus loin et ont conclu que trois paramètres fondamentalement humains étaient inhérents à la créativité : la motivation, l’expertise et la compétence créative. 

La motivation se définit par l’envie d’agir d’un individu alors que l’expertise se traduit plutôt par les connaissances acquises d’un individu corrélées à l’enjeu qu’il souhaite résoudre. 

La compétence créative, quant à elle, est plus complexe : c’est un mélange d’indépendance intellectuelle, d’autodiscipline, de persévérance et de tolérance au risque. Bref, toutes ces qualités qui font en sorte qu’un individu se donne le temps de réfléchir par lui-même et qu’il n’arrête pas de le faire en l’absence d’une solution évidente.

Les diamètres de la créativité

Ce qui m’a pris du temps à saisir, est que le diamètre des cercles ci-dessus est appelé à changer drastiquement d’un individu ou d’un groupe à l’autre. Ces cercles sont en constant mouvement. Autrement dit, tout le monde est créatif, mais à des degrés différents, pour des raisons différentes et dans des contextes différents. 

À titre d’exemples, voici quelques cas d’absence de créativité que j’ai vécus :

  1. Un groupe hautement motivé, qui tentait de régler un enjeu bien au-delà de son niveau d’expertise; 
  2. Un groupe hautement qualifié (expertise), qui n’avait aucune motivation à résoudre l’enjeu devant lui;
  3. Un groupe motivé et qualifié, au sein duquel  un VP, inspirant, il va sans dire, avait le dernier mot, peu importe la compétence créative du groupe. Cela créait un atelier d’idéation rempli de « yes woman » et « yes man » sans indépendance intellectuelle. 

Dans chacun de ces cas, une des variables de la créativité est réprimée, coupant ainsi grandement la créativité générale du groupe. Pour mener un groupe créatif et favoriser une saine circulation des idées, un gestionnaire doit non seulement connaître ces paramètres, il doit apprendre à les contrôler. 

La pratique de la créativité

Pour les gestionnaires qui se disent « pourtant, mes équipes suivent des formations sur la créativité ! » ou encore « pourtant, j’ai embauché des experts d’agence créative ! ». Ne vous étonnez pas si les résultats ne sont pas au rendez-vous : vous maîtrisez probablement un seul paramètre !

Alors, comment faire bon usage de ces paramètres ? D’entrée de jeu, c’est un travail soutenu. La créativité ne se crée pas, elle se cultive. Ce n’est pas un commutateur que vous pouvez allumer et éteindre à votre convenance. 

Chaque paramètre fait l’objet de bon nombre de livres. Voici les grandes lignes. 

La motivation

Voici les questions à se poser : est-ce que votre groupe sait pourquoi votre organisation existe? Votre vision est-elle claire et inspirante? Sur une base personnelle, est-ce que la carrière de chaque membre de l’équipe est à la hauteur de ses attentes? 

La motivation est le paramètre le plus émotif. Si vous avez répondu « non » aux questions ci-dessus pour votre organisation ou votre équipe, vous ne serez pas en mesure d’être créatif.

L’expertise

L’expertise d’un individu ou d’un groupe en soi n’est pas l’enjeu ici : tout le monde a une certaine expertise ! Cela dit, le groupe a-t-il l’expertise nécessaire pour résoudre l’enjeu qu’il cherche à solutionner ? Vous ne demanderiez pas à groupe de comptables de fabriquer une navette pour aller sur Mars !

Un groupe de cadres n’a peut-être pas l’expertise des hauts dirigeants pour résoudre un enjeu complexe lié à votre modèle d’affaires, mais saura régler des enjeux de gestion. 

Bref, assurez-vous de connaître extrêmement bien l’expertise de vos collègues et de construire un groupe qui s’attaque à un enjeu qui le concerne directement Ça peut sembler simple, mais ce ne l’est pas. Dans certains cas, une expertise est fine et peut être difficile à déceler.

La compétence créative

Une grande partie de la compétence créative est propre à chaque individu : suis-je discipliné? Persévérant? Autonome dans mes réflexions? Certaines personnes l’auront, d’autres non.

Cela dit, comme gestionnaire, vous pouvez aiguiser les compétences créatives de votre équipe de façon soutenue en :

  • Donnant accès à des formations
  • Offrant du temps de réflexion
  • Offrant de la flexibilité d’horaire
  • Évitant de micromanager
  • Ne décidant pas constamment pour elle
  • Répondant à ses questions par des questions
  • Lui démontrant qu’elle a le droit à l’erreur
  • Donnant de la rétroaction
  • Écoutant, tout simplement
  • Acceptant que ça prend parfois plusieurs séances d’idéation pour arriver à la solution

 

En somme, la créativité est complexe, mais elle est gérable. Vous ne pouvez simplement pas la traiter comme un élément qui apparaît par magie : vous devez la cultiver.

 


Crédit photo: Annie Spratt / Unsplash

Sources:

Amabile, T. M. (1997) Motivating Creativity in Organizations: On Doing What You Love and Loving What You Do. California Management Review, vol. 40, n°1, p. 39‑58.

Amabile, T. M. et Khaire, M. (2008) Creativity and the Role of the Leader. Harvard Business Review, p. 100‑109.

Pour des conseils et nouvelles de nos experts